• Renaissance

    Quand les pétales de cerisier chute de leurs tiges pour s’étaler, tel un tapis, sur la froide verdure, c’est à ce moment que vraiment elles éclosent. Leurs rosâtres pétales tourbillonnent, se détachent et valsent en concert avec la brise. L’arbre, légèrement démunis de sa parure fleuris semble toujours aussi fière parce qu’il sait que bientôt il donnera naissance à de juteux fruits. Malgré qu’on lui dérobe avidement ses rubis il ne plie point car éternellement de rose et de rouge il sera parsemé.

    Et même si ces feuilles, de teintes chaudes, se composent on ne le voit que plus beau. Comme un soleil immobile que tous souhaite contempler dans son jardin. Lui-même tente d’emprisonner dans ses branches cet éclat en s’élançant vers le vaste ciel. Et si ses efforts sont vains il ne se décourage pas. Bientôt proche de son but, il sait qu’il ne faut languir. L’espoir le fait tenir à la vertical et c’est lui seul qui le guide à travers les saisons, à travers les intempéries, à travers la vie.  


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :