• Goût de Terre

    Brouilllée

     

     

    "J'ai toujours cru en moi. J'ai toujours cru en les autres. J'ai toujours cru en mes rêves. Me serais-je trompée?

    Depuis enfant on m'a soutenue, on m'a aidée à me relever, à progresser. On ne m'a jamais laisser tomber. Jamais je n'ai eut les genoux écorchés, les vêtements souillés ou le visage blessé. J'ai été enfermé dans un cocon de soie, une forteresse de lin  avec des menottes en sucre. J'ai toujours été gâté, chouchouté, préféré. Et c'est cela qui m'a tué.

    Jamais de difficultés. Jamais de concurrent. Jamais de peine, de terreur, d'horreur, de pleurs, de malheur. Jamais d'honneur.

    Tout m'été forcément dut. Aucune compétition. Rien qui m'empêche d'avancer. Rien qui me fasse chuter. Rien qui me force à ralentir. Rien que je ne puisse acquérir.

    Orgueil. Mépris. Mensonges. Traîtresse. Dissimulation. Rien de tout cela n'existe pour moi. Juste au jour où, je connut enfin la violence. 

    Une violence telle, qu'elle te broie de l’intérieur. Qu'elle écrase tes organe. Qu'elle débranche ton cerveau. Qu'elle annule toutes tes peurs, tes envie, tes souvenirs. Une violence qui te fais enfin vivre." 

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :